Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.

22 May

Mon café-deuil

Publié par MIA  - Catégories :  #Mes COUPS de COEUR

 

Vous connaissez sans doute les cafés-tricots, les cafés-littéraires,, les cafés-brocante… mais connaissez-vous le café-deuil ? … peut-être pas ! Le principe pourtant en est le même : partager autour d’un café un petit moment de parole, d’écoute avec la personne endeuillée.

   cafe-10-copie-1.jpg

(photo provenant du blog de doucinette

 http://doucinette.over-blog.com/  )

 

 

Autrefois, le deuil était partagé avec la collectivité à travers des rites qui balisaient cette période si particulière qui suit la perte d’une personne proche. Aujourd’hui, notre société se montre très insensible vis à vis de la personne endeuillée. IL faut vite, vite  « tourner la page » ; alors on fait semblant, semblant d’aller bien alors qu’au fond de soi, c’est un gouffre de solitude, de souffrance dont on n’ose pas parler par peur de déranger.

 

La parole, l’écoute, l’échange sans crainte d’être jugé permettent de libérer ses émotions et, jour près jour, d’apprivoiser l’absence.

 

Ces échanges sont organisés par des bénévoles. Il en existe dans de nombreuses régions. Dans la notre, la première de ce genre aura lieu samedi prochain, le 24 mai 2014 de 15H à 16H30. Elle est organisée par l’association "Vivre son deuil Poitou-Charentes" et l’Association "L'estuaire".

 

Lieu de la rencontre : Bistrot de la Mude à Niort-Bessines.

Entrée libre :  seule obligation prendre une consommation.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Archives

À propos

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.