Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.

03 Nov

Le RIZ au LAIT de nos grands-mères

Publié par MIA  - Catégories :  #Mes RECETTES sans prétention

 

 

En ce WE franchement pas joli, joli… quoi de plus réconfortant qu’un dessert inspiré des recettes de nos grands-mères !

 

 

Pour 4 personnes : riz-au-lait-vanille-et-coulis-de-framboise-1-.jpg

 

· 200 gr de riz rond

· 1 l de lait demi-écrémé

· 1 gousse de vanille

· 80 gr de sucre blanc en poudre

 

 

 

Préparation : 20 mn 

 

 

 

1 - Faire bouillir une grande quantité d'eau. Y plonger le riz pendant 2 minutes puis le rincer à l'eau froide et l'égoutter.

 

2 - Dans une grande casserole, verser le lait, la gousse de vanille fendue et porter à ébullition. Verser le riz et laisser cuire environ 15 minutes en remuant de temps en temps, délicatement. Incorporer le sucre et laisser mijoter encore 5 minutes.

 

3- Retirer la gousse et verser le riz dans des ramequins individuels ou dans un cercle. Laisser refroidir.

 

 

4 - Avant de servir, démouler les ramequins ou les cercles sur une jolie assiette. Vous pouvez les servir avec un coulis de framboises ou d’abricots et décorer de quelques fruits frais.

 

- Inspirée du site « Journal des femmes » -

 

 

Commenter cet article

MIA 05/11/2012 21:49

Tu sais bien Flo que je suis la reine des plats brûlés... car je "force" toujours pour que ça cuise plus vite!!!!! Le secret ect de cuire à feu doux, tout doux !!! Bisous

Flo 05/11/2012 20:22

les grands esprits se rencontrent, j'en ai fait un samedi après-midi Bon avec encore un inrattable "cramé" _ as-tu une astuce pour éviter que le lait prenne au fond ?

Archives

À propos

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.