Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.

15 Nov

Le PAIN PERDU de mon enfanace

Publié par MIA  - Catégories :  #Mes RECETTES sans prétention

 

Quand le ciel se fait parfois un peu trop sombre, rien de tel que de déguster ce délicieux dessert qui a la douceur de l’enfance !

 

Aujourd’hui, j’ai envie de régresser (… c’est permis !!! ) et ça me rappelle de si bons moments auprès de ma grand-mère. 11-pain-perdu-1-.jpg

 

Ingrédients pour 6 personnes :

 

  • 6 tranches de pain de campagne légèrement rassis (ou de brioche)
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 1 cuillère à soupe de sucre (ou cassonade)
  • 2 oeufs
  • 30 cl de lait
  • 
Préparation : 5 mn et Cuisson : 5 mn

 

Préparation :

 

1 - Verser le lait dans une assiette creuse. Ajouter le sucre vanillé et le sucre en poudre. Mélanger pour dissoudre le sucre.

 

2 - Battre les oeufs et les mettre dans une autre assiette creuse.

 

3 - Tremper les tranches de pain dans le lait sucré afin de les imbiber légèrement puis dans l’œuf battu.

 

4 - Faire cuire le pain perdu dans une poêle avec un peu de beurre.

Retourner au bout de quelques minutes. Le pain perdu est prêt lorsque les deux faces sont dorées.

 

Servir chaud et saupoudré de sucre glace.

Pour les grands gourmands, on peut également déguster le pain perdu accompagné de nutella, de confiture, de miel ou de coulis de fruit.

 

Recette provenant du site  :

 http://cuisine.journaldesfemmes.com/recette/310279-pain-perdu 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Archives

À propos

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.