Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.

05 Jun

Le fantôme du Castellet - 3/3 -

Publié par MIA  - Catégories :  #Mes SOUVENIRS

 

 castellet-village-6.JPG 

 

Cette explosion de couleurs ne semble pas le moins du monde impressionner mes quatre hommes, plus attirés par les odeurs délicieuses qui s'échappent des fenêtres ouvertes. Le parfum des fleurs se mélange à celui des tomates, de l’ail et de l’huile d’olive.

 

   

Pendant que je termine mes emplettes, ils ont repéré un restaurant un peu à l’écart de la foule. Sa terrasse ombragée est accueillante et les effluves qui s’en échappent encore plus. Ils se sont installés sous la tonnelle et détaillent avec gourmandise la carte des menus.

 

 

 castellet-village-2.jpg

 

 

 Je les rejoins, les bras chargée de menus cadeaux que j’ai choisis avec autant de soin que J. le fait avec le menu.

 

- J’ai trop chaud pour avaler quoi que ce soit, décrète Pierre en soupirant.

- Pour moi, ce sera une salade niçoise

- … et toi, papa, demande Thomas ?

- J’hésite entre une salade de chèvre chaud ou bien une salade à l’italienne à moins que….

  Tiramis.jpg

Un peu en retrait, le jeune serveur attend sans montrer une once d’impatience. Il a le flegme légendaire des gens du Sud. Il peut bien s’écouler une, trois ou cinq minutes, avant que J ne se décide, il a tout le temps.

 

   - Tu ne veux vraiment rien, Pierre ?

   - Finalement, je prendrai un Tiramisu.

   - moi aussi, renchérit Thomas qui veut faire comme son grand frère.

   - C’est pas très léger, commente J. d’un ton railleur !

 

J. s’étant enfin décidé pour la salade de chèvre, le serveur reprend les cartes, apporte une corbeille de pain croustillant et une carafe d’eau fraîche, puis repart en cuisine passer la commande.

 

  castellet-terrasse.jpg

 

 

Même à l’ombre de la tonnelle, il fait très chaud. Après le déjeuner, nous déci-dons donc de rentrer au Vallon pour un plongeon à peine rafraîchissant dans la piscine. C’est l’heure de la sieste ; J. s’éclipse. Malgré la chaleur et mes protestations, les garçons chaussent leurs rollers pour une promenade dans les chemins ombragés.

 

 

Castellet4777-1-.jpg

 

 

Le chant des cigales, l’azur du ciel et le rose des lauriers ont effacé la grisaille de l’hiver. Lorsqu’ils rentrent enfin, le soir tombe sur "le Vallon". Les cigales se sont tues, la fraîcheur revient.

 

 

soir-de-provnece.jpg

 

 

Demain, le thermomètre devrait encore grimper de quelques degrés. En attendant, nous savourons notre premier bain de minuit sous le ciel étoilé de Provence.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

maylie 08/06/2013 09:03

Un beau souvenir,lla Provence a son petit quelque chose que personne ne peut oublier,je te renverrais des cartes bientot,bisous

MIA 08/06/2013 09:16



Bonjour Men Provence aylie... en plus du charme... il fait toujours beau !!! Chez nous, après 2 jours de grosse chauer, les orages sonr de retour et le thermomètre a dégringolé de 10 degrés !!!
Bon courage pour les cartons 9



Marikafée 05/06/2013 16:48

j'aime bien comment tu nous contes ton histoire à chaque épisode je suis avec vous! Gros bisous

MIA 05/06/2013 18:42



Merci Marie... je prends beaucoup de plaisir à partager nos aventures. Si cela peut se faire évader ceretains de leur  quotidien parfois morose... c'est tant mieux  !


Bonne soirée



Archives

À propos

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.