Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.

10 Mar

La vie de château -1-

Publié par MIA

  

Aujourd'hui, Papou Alexabdre a réservé à Miya une surprise royale !

 

***

Juin 2043 :

  

1-pivoine.JPGMiya était accoudée à la fenêtre de la salle à manger et guettait le retour de Papou. Il lui avait promis une surprise… encore une ! A travers les branches rabougries du lilas, elle apercevait  les touffes généreuses des pivoines qui croulaient sous le poids des fleurs aux couleurs panachées de rose et de rouge. Derrière elles, les fleurs étoilées de blanc de l’oranger du Mexique embaumaient l’air d’un parfum suave. Les yeux fermés pour mieux savourer cet instant précieux, elle offrait son visage au soleil qui l’effleurait de ses doux rayons. Une délicieuse torpeur l’envahissait… l’été n’était plus très loin ! Elle portait une tunique légère, blanche à gros pois bleu et mauve, sur un pantalon fuselé bleu et des sandales ajourées. Ses bras nus commençaient à prendre une légère couleur cuivrée et sa chevelure brune brillait de reflets dorés dans lesquels s’accrochait la lumière.

 

   -     Alors ma belle, tu rêves au prince charmant ?

Miya n’avait pas entendu arriver Papou. Il tenait à la main trois cartons.

   -    Tu te souviens de ce que je t’avais promis le jour de ton arrivée, ajouta-t-il d’un ton enjoué en agitant les billets sur lesquels était dessiné un château surmonté de fleurs de lys.

Il s’était passé tant de choses depuis, que Miya ne voyait vraiment pas de quoi il parlait. Nanou s’était approchée et souriait d’un air mystérieux.

-       Tu vois ces trois billets ? reprit Papou.

Miya brûlait d’envie de savoir ce que cachait ses fameux billets, mais Papou prit tout son temps. Il les tournait et les retournait entre ses doigts tel un magicien qui va faire sortir un lapin de son chapeau.

   -    Nous allons partir tous les trois sur la route des rois d’Angleterre.

Papou attendait la réaction de Miya qui n’avait jamais entendu parler de ce chemin royal. Nanou était visiblement au courant car elle ne manifesta aucun étonnement

   -    Tu ne dis rien ? s’enquit Papou, un peu déçu que sa petite-fille ne manifeste pas davantage d’enthousiasme .

   -    Je ne connais pas ce chemin, balbutia-t-elle. Henry_II_of_England.jpg

 

Papou pouvait l’interroger sur un tas de sujets,  mais la route des rois d’Angleterre, et bien, non, ça ne lui dit rien du tout !… d’ailleurs, qu’est ce que les rois d’Angleterre venaient faire ici ?

   -    Je t’explique, répliqua papou qui n’avait pas remarqué l’agacement de Miya. Nous allons visiter le château de Niort qui a été édifié par la Reine Aliénor d’Aquitaine et le roi Richard Cœur de Lion, puis nous irons au château de Coudray-Salbart qui aurait été construit par la fée Mélusine. Ensuite, nous filerons vers l’abbaye de Fontevraud où est enterrée la reine Aliénor et, de là, nous continuerons vers le château de la Belle au bois dormant. Demain soir, nous dormirons chez le Prince de Broglie… voilà notre programme, ma jolie princesse !

 

Au fur et à mesure que Papou énumérait les étapes de cet itinéraire royal, Miya écarquillait les yeux de surprise. Ce soir, elle ne serait plus la petite-fille tombée du ciel mais une princesse dans un château de fée. Elle sauta au cou de Papou le magicien comme elle le faisait avec son papounet d’amour alors qu’elle n’était encore qu’une toute petite-fille sur X-52. Déboussolé par cette joie exubérante, il tituba et en tomba presque à la renverse. Entre temps, Nanou avait fermé la maison et attrapé deux valises qu’elle rangea dans le coffre de la voiture.

   -    On y va, dit-elle avec entrain !

 

- A suivre - 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Archives

À propos

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.