Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.

14 Jan

Ecris l'histoire - 3/5 -

Publié par MIA  - Catégories :  #Mes COUPS de COEUR

 

 

3 - La rencontre :

 

Je me réveillai dans un lit d’hôpital avec des appareils tout autour de moi et des tuyaux partout . J’aperçus un homme en blouse blanche, c’était le médecin ; il m’annonça que nous étions le 28 Juin. J’étais resté vingt sept jours dans le coma ! Je ne pouvais pas parler, mais je voyais et j’entendais. Le docteur me dit d’une voix hésitante : «  Vos jambes sont brûlées au quatrième degré, il y a 10% de chance pour que vous puissiez remarcher ».  

 

Là, ce fut le choc : »Finies les courses et les ballades !. Je ne pourrai plus jamais courir en F1 ; j’étais condamné à vivre en fauteuil roulant ! »

 

 

 

vieil-homme-.jpg 

 

Un mois passa. Opération sur opération ; examen sur examen. En vain ! Je ne marchais toujours pas. Un jour, alors que je me promenais en fauteuil roulant dans le jardin de l’hôpital, je rencontrai un vieil homme seul, assis sur un banc. Je m’approchai : 

 

-         « Bonjour.

-          B’jour, p’tit gars.

-         Je m’appelle Mika HAKKINEN, et vous, c’est comment ?

-               Moi, Arthur

-         Julien Arthur. Mais, dis moi, tu m’as l’air bien mal en point.

-         C’est vrai, je suis pilote de F1 et j’ai eu un accident ; je ne marcherai peut-être plus.

-         Pourquoi…  peut-être plus ?

-         Je n’ai que 10% de chances ; alors, c’est foutu d’avance.

-         Mais, p’tit gars, ne te laisse pas abattre. Est-ce que tu es marié ?

-         Oui, j’ai deux enfants.

-          Eh bien ! Réfléchis. ; si tu ne marches plus, tu crois que ce sera drôle pour ta famille ; et puis, pense à ta carrière, ton équipe ; qu’est ce qu’ils feront sans toi ? Allons, tu dois t’accrocher.

-         Oui, mais si j’échoue…

-         Tu ne dois pas échouer. Ecoute ; je connaissais un homme qui était chef d’entreprise. Un jour, il a été accidenté comme toi ; eh bien, il a tout laissé tomber ; son entrepris, sa fermé ; il y a eu deux mille licenciés parce qu’il n’avait pas eu assez de courage ! Il avait abandonné  tout de suite. Et d’ailleurs, maintenant, il est seul, sans personne ; il mourra dans sa solitude ; mais toi, ne deviens pas comme lui. Crois-y et tu verras, un jour, tu remarcheras », me dit d’un ton encourageant le vieil homme

 

  -  à suivre -

Commenter cet article

Archives

À propos

Je n’avais jamais imaginé écrire. Il n’avait jamais imaginé être emmuré dans une prison sans barreaux d’où il s’est envolé en novembre 2010. Je t’attends… ces dernières paroles résonnent comme un ultime rendez-vous et me donnent la force d’avancer pour témoigner de notre combat contre la SLA (ou maladie de Charcot) et sourire à la Vie malgré tout.